Attributed to Emmanuel Zwiener

A Fine Louis XV Style Gilt-Bronze and Vernis Martin Mounted Side Cabinet

France, Circa 1890

£65,000

A Fine Louis XV Style Gilt-Bronze and Vernis Martin Mounted Side Cabinet, Attributed to Emmanuel Zwiener. This cabinet has a shaped pink and red mottled...

Dimensions

Height: 118 cm (47 in)
Width: 130 cm (52 in)
Profondeur : 48 cm (19 in)
Weight: 120 kg
REF NO : B77530

Description

A Fine Louis XV Style Gilt-Bronze and Vernis Martin Mounted Side Cabinet, Attributed to Emmanuel Zwiener.

This cabinet has a shaped pink and red mottled marble top above an acanthus cast frieze flanked by female herm figures to the angles, below is a central cupboard door inset with a finely painted vernis Martin panel depicting Perseus astride Pegasus, hastening to the rescue of Andromeda, and enclosing two shelves

; the shaped apron centred by a finely cast Bacchic mask, the legs terminating in acanthus and lion paw sabots.

Marked ‘ZN’ to the back of the gilt-bronze mountings for Emmanuel Zwiener and stencilled to the reverse ‘KRIEGER PARIS / FAUBOURG ST. ANTOINE’

France, Circa 1890.

Two other examples of this important model of cabinet or ‘meuble à hauteur d’appui’ are recorded to be stamped E. Zwiener and ‘ZN’ to the back of the gilt-bronze mountings for Emmanuel Zwiener of Paris. This example is stencilled to the reverse ‘KRIEGER PARIS / FAUBOURG ST. ANTOINE’ which indicates that it was made by Emmanuel Zwiener for Maison Krieger who is known to have retailed furniture made by Zwiener and his contemporary François Linke. The angle mounts of busts with laced bodices and ruffle-collars, a reference to the work of the celebrated Régence ébéniste and sculpteur, Charles Cressent, are a known Zwiener model (see J. Meiner, ‘Berliner Belle Epoque’, 2014, Abb. 189 p.130).

The corner bust mounts are a documented model by Zwiener as illustrated in J. Meiner, ‘Berliner Belle Epoque’, 2014, Abb. 189 p.130.

The technique of vernis Martin was perfected by four brothers who produced what is considered to be the finest form of European japanning, lending their name to what later became a generic term. The elder brother, Guillaume (d. 1749) and Étienne-Simon (d. 1770) were granted a monopoly for producing imitations of Chinese and Japanese lacquer in 1730, which was renewed in 1744. Vernis Martin was developed from a varnish called cipolin. It is remarkably lustrous and fine in texture and produces an array of colours ranging from greys, greens and blues and enhanced by gold dust beneath the surface producing a sparkling finish. This lengthy process requires the application of as many as forty layers to be applied to the surface, each of which is then polished to result in the required depth and finish.

See also another example in the collection of Adrian Alan (Ref No : B75010) and another illustrated in C. Payne, ‘Paris Furniture: The Luxury Market of the 19th Century’, 2018, p. 563.

Another cabinet of this model illustrated in C. Payne, ‘Paris Furniture: The Luxury Market of the 19th Century’, 2018, p. 563.

 

Date

Circa 1890

Origine

France

Moyen

Mahogany and Gilt-Bronze, Vernis Martin

Signature

Marked ‘ZN’ to the back of the gilt-bronze mountings for Emmanuel Zwiener and stencilled to the reverse 'KRIEGER PARIS / FAUBOURG ST. ANTOINE'

Attributed to Emmanuel Zwiener

Les frères Zwiener, Emmanuel et Julius, ont produit certains des meubles de luxe les plus innovants de la fin du XIXe siècle. Ils ont développé un style unique qui mêlait le haut rococo fleuri de la période Louis XV à des influences Art nouveau contemporaines. Ils ont employé le sculpteur Léon Messagé, à qui l'on doit la création des motifs rococo naturalistes pour lesquels Zwiener a reçu une médaille d'or à l'Exposition universelle de Paris de 1889. Léon Messagé a également conçu des pièces d'exposition pour le contemporain de Zwiener, François Linke, et l'on a supposé que Linke avait peut-être travaillé pour Zwiener lors de son arrivée à Paris en 1875. Il n'est donc pas surprenant qu'il y ait tant de similitudes stylistiques entre les meubles de Zwiener et de Linke ou qu'ils soient les ébénistes parisiens les plus prisés et les plus célèbres de la Belle Époque.

Les recherches les plus récentes indiquent qu'il y avait trois frères Zwiener originaires de Herdon, en Allemagne. Le frère aîné Joseph avait, dans les années 1880, établi un atelier important dans la ville de Breslau en Silésie, aujourd'hui en Pologne occidentale. Ses frères cadets Emmanuel et Julius travaillaient, à la même époque, à Paris. Enregistrés à partir de 1880 avec des ateliers au 12, rue de la Roquette, ils se sont établis comme les premiers ébénistes de haut luxe de l'époque, produisant d'élégants meubles reproduisant des modèles royaux du Garde-Meuble National de France, notamment une réplique du célèbre bureau de Roi de Jean-Henri Riesener et Jean-François Oeben qui a été fourni à Louis II à Herrenchiemsee et placé dans le bureau du Roi en 1884. Leurs propres créations variaient une interprétation dynamique du style rococo français. Les meubles de Zwiener sont souvent incrustés de la marqueterie la plus fine et sertis de montures figuratives en bronze doré au modelé ambitieux. En 1895, après avoir reçu une importante commande royale de l'empereur Guillaume II de Prusse, Julius retourne à Berlin pour créer ses propres ateliers. La même année, son frère Emmanuel se retire en vendant les ateliers du 12, rue de la Roquette pour 10 000 francs à Jean-Henri Jansen (1854-1929), fondateur de la Maison Jansen. C'est à cette époque que l'on trouve des meubles Zwiener estampillés à la fois par Zwiener et Jansen.

La production de Zwiener a culminé avec l'obtention de la très convoitée médaille d'or pour un cabinet de serre-bijoux décoré de vernis Martin de style rococo à l'Exposition universelle de Paris en 1889. Il est ensuite entré dans la collection de l'impératrice Maria Feodorovna de Russie à Gatchina et a été vendu récemment à Londres en 2011. Le jury de l'exposition de 1889 a noté que "dès ses débuts d'une Exposition universelle, [il] s'est mis au premier rang par la richesse, la hardiesse et le fini de ses meubles incrustés de bronzes et fort habilement marquetés". De nombreuses pièces exécutées par Zwiener pour les palais royaux prussiens ont été apportées à Huis Doorn à Utrecht en 1918, où l'empereur a vécu en exil jusqu'à sa mort en 1941. En plus de fabriquer des meubles pour l'empereur Guillaume II de Prusse et le roi Louis II de Bavière, Zwiener a fourni des meubles à une clientèle internationale d'élite, dont certaines de ses pièces les plus célèbres pour le manoir new-yorkais du financier et collectionneur d'art Charles Tyson Yerkes (1837-1905). On trouve également des meubles de Zwiener au château de De Haar, aux Pays-Bas, probablement fournis à l'origine à Etienne et Hélène de Zuylen, née de Rothschild, pour leur résidence parisienne.

Les montures en bronze doré des meubles de Zwiener étaient souvent marquées au revers des initiales du fabricant. Plusieurs montures de Zwiener portent un "Z", "Zw", "IZ", "NZ", "ZN" ou "ZJ" au revers. Peu de pièces connues pour être de Zwiener sont estampillées ou portent une signature complète et/ou une date.

 

Bibliography:
Mestdagh, Camille & Lécoules, Pierre. L’Ameublement d’art français : 1850-1900, Les Editions de l’Amateur, (Paris), 2010; pp. 301-305.

Payne, Christopher. François Linke, 1855-1946, La Belle Epoque du mobilier français, Antique Collectors' Club, (Woodbridge, UK), 2003.

Meyer, Jonathan. Great Exhibitions - London, New York, Paris, Philadelphia, 1851-1900, Antique Collectors' Club, (Woodbridge, UK), 2006 ; p. 270, pls. H14 ; p. 299, p.302.

D. Ledoux-Lebard, Les Ébénistes du XIXe Siècle, (Paris), 1984, pp. 645-648.

Maze-Sencier. Les Livres des Collectionneurs, (Paris), 1885.

 

Littérature

C. Payne, ‘Paris Furniture: The Luxury Market of the 19th Century’, 2018, p. 563.

 

Expédition et manutention
En raison de la nature individuelle de l'expédition de nos articles, l'expédition sera organisée après l'achat.